Les Millésimes en Bourgogne

L’importance du millésime et la spécificité régionale

Avant toute chose, il est essentiel de rappeler qu’un grand vigneron fera chaque année de bons vins et que ce ne sont pas toujours les « bons » millésimes » qui font les « grands » vins ! Chaque millésime mérite donc toute votre l’attention. Un épicurien averti aura la pratique et l’ouverture d’esprit qui lui fera reconnaître « Le » beau flacon. Contre toute attente, les « petits » millésimes peuvent créer la surprise. D’ailleurs, à ce jour, la bouteille qui m’a laissé le plus grand souvenir est de 1986, année extrêmement difficile où l’on considère que la Bourgogne a signé un millésime médiocre.

Ceci dit, il ne faut pas non plus minimiser l’importance du millésime car, en Bourgogne encore plus que dans les autres régions, il va définir une des grandes lignes directrices des vins qui y sont produits. La sensibilité du Pinot Noir est telle que son emprunte se marque profondément, certainement plus que dans les autres régions.

En fonction du type de vin que l’on recherche, le millésime peut être d’une grande aide. Un millésime « chaud » présentera des vins avec un taux d’alcool élevé et des acidités basses. A l’inverse, un millésime « frais » montrera la tension et sculptera la palette aromatique. Ainsi, en fonction de votre humeur ou de l’association que vous recherchez, vous vous orienterez naturellement vers un millésime qui soutiendra les caractéristiques désirées.

Le millésime 2016 en Bourgogne

LES CONDITIONS CLIMATIQUES

L’hiver fut encore plus doux que 2015 avec des températures au dessus des moyennes de saison, à tel point que l’on pouvait observer certains arbres fruitiers en fleurs fin février. Les premières pointes vertes sont observées à dès le 19 Avril. La gelée de Printemps durant la nuit du 26 au 27 Avril restera gravée dans la mémoire des Bourguignons. Les températures les plus basses relevées en fin de nuit ont dépassé -2°C. Le gel a été de courte durée et les dégâts ont été accentués sur certains secteurs par l’ensoleillement en tout début de matinée : des brûlures par effet loupe ont alors pu apparaître. Aucune logique apparente à ce phénomène. La répartition des dégâts est très particulière et incomparable aux précédents gels connus (1945 et 1981 pour les plus sévères). Certaines parcelles très exposées ont été épargnées alors que d’autres à mi- coteaux ont été très impactées. Pour les parcelles touchées, les dégâts sont très variables avec une moyenne de 58% de bourgeons détruits. Cet épisode désastreux stoppera la croissance de la vigne qui atteindra seulement le stade foliaire le 3 Mai. Les nombreux épisodes de pluie au mois de Mai sont intenses et rendent les travaux de la vigne très pénibles pour les hommes qui la travaillent.

La pression Mildiou est exceptionnelle mais fort heureusement la dégradation observée sur les feuilles ne se traduit pas par la même intensité sur les grappes. La pleine fleur est atteinte lors du solstice d’été qui inverse la tendance : les températures estivales seront supérieures à la moyenne de saison. La vigne témoigne une fois encore de son incroyable résistance et rattrape son retard avec cet été chaud et ensoleillé, enfin propice au bon développement de celle-ci. Le stress hydrique ressenti par la vigne fin juillet se poursuit au mois d’Août avec un début de véraison timide dès le 20 Août. Les quelques pluies de Septembre sont salutaires pour la vigne et permettent d’achever la véraison dans d’excellentes conditions. Après un Printemps chaotique et un été salvateur, les premiers raisins récoltés sont parfaitement sains, mûrs et savoureux. La vigne a profité de l’été pour repartir, arborant une végétation foisonnante qui ouvre de belles perspectives pour le millésime 2017.

LES VINS

Le millésime 2016 est généreux, soyeux et délicat (on le comparerait à 2010). Les robes des vins rouges sont profondes et intenses avec de belles nuances pourpres et grenat. Les tannins sont très fins, tout en élégance. La bouche est particulièrement longue et équilibrée, pleine de fraicheur et de tendresse. Soutenue d’une belle ampleur aromatique, on relève beaucoup d’arômes de fruits rouges frais offrant une bouche riche et veloutée. Les vins blancs sont purs et souples. Particulièrement savoureux et harmonieux, ils libèrent des arômes de fruits blancs délicats et des notes d’acacias et de fleurs blanches offrant une riche palette aromatique.

Le millésime 2015 en Bourgogne

LES CONDITIONS CLIMATIQUES

L’hiver 2015 a été particulièrement doux avec toutefois un mois de Février plus froid que la normale. Une tendance à la sécheresse s’est amorcée dès le mois de Mars et perdurera jusqu’en Juillet. La pluviométrie sera très variable d’un village à l’autre, conséquence de passages pluvio-orageux plus importants sur Vosne Romanée et Nuits St Georges que sur Savigny, Beaune, Pernand ou Gevrey. Le retour des hirondelles dès le 10 avril à Vosne annonce alors le réveil de la végétation. Les premières pointes vertes sont observées à Vosne dès le 15 Avril. Les températures quasi-estivales vont favoriser la pousse rapide de la vigne. Le cycle végétatif de 2015 se place ainsi au même niveau que 2009. La floraison aura lieu sur quelques jours seulement, la pleine fleur est atteinte dès le 1er juin. Les températures trop élevées du 3 au 7 juin vont entrainer un phénomène de « coulure » réduisant une petite partie de la future récolte. La nature en 2015 joue avec les nerfs des vignerons. Heureusement, un peu de pluie le 4 août puis le 9 réveille la véraison ; le 10 les grappes vérées atteignent 90% dans la Côte.

Ces précipitations salutaires vont engendrer une évolution rapide de la maturité dans de très bonnes conditions. En fin de mois, les raisins présentent des peaux épaisses, aux reflets d’un bleu mat mémorable, les rafles et les pépins sont parfaitement mûrs et l’état sanitaire est tout simplement remarquable. Le miracle bourguignon en somme !

LES VINS

Remarquable voire légendaire ! Le millésime 2015 a bénéficié de conditions de maturité exceptionnelles, il offre des vins profonds et structurés dans la lignée des plus grandes années. Les cuvées rouges présentent des couleurs profondes et brillantes et une magnifique complexité aromatique de fruits rouges mûrs mêlés à des notes douces d’épices. L’ampleur des vins est exaltée par la rondeur et le soyeux des tanins. La bouche, pure et harmonieuse, offre une élégante concentration, riche, dynamique et veloutée. Les vins blancs sont à la fois harmonieux, structurés et chaleureux avec de magnifiques textures aromatiques. Des arômes de fruits blancs, de poire et d’orange mûre se mêlent délicatement à quelques notes d’épices orientales et salines. La juste acidité souligne une belle fraîcheur et une charmante persistance aromatique.

Le millésime 2014 en Bourgogne

LES CONDITIONS CLIMATIQUES

Après un hiver historiquement doux, le printemps s’éveille hâtivement et le cycle végétatif reprend son activité dès la mi-mars, avec des températures avoisinant les 20°C sous abris. Le 20 avril, dimanche de Pâques, annonce que de minuscules grappes sont désormais visibles sur la pousse ; celui-ci avait été observé le 19 avril en 2011. Les conditions météorologiques restent très favorables en mai. Un début de fleur est observé dès le 23 mai dans les parcelles précoce, le stade de pleine fleur est réellement atteint le 9 juin sous des températures caniculaires : 33.5°C et 35°C le lendemain. Le début de véraison est observé le 23 juillet mais sa progression sera ralentie par le manque d’ensoleillement et les températures fraiches de mi-août. Malgré ces conditions, la maturation évolue régulièrement du fait de la précocité du millésime. Début septembre, le retour de conditions anticycloniques et du vent d’Est va parfaire l’achèvement de la véraison. Les conditions climatiques exceptionnelles de cette fin de campagne vont entrainer une belle concentration des sucres.

2014 aura porté une météo capricieuse avec un début de printemps prometteur, des épisodes de grêle destructeurs, un été maussade et un mois de Septembre salvateur. Le terme de « miracle bourguignon » prend tout son sens en cette année 2014. Un très beau millésime au final !

LES VINS

Le millésime 2014 présente un excellent profil de fruits frais, un bel éclat violacé et une robe intense, une gamme aromatique très riche, de petits fruits rouges aux parfums multiples et de belles nuances florales délicates et vaporeuses. Les tanins sont souples et élégants, de grande qualité gustative, fins et soyeux. L’ensemble donne un millésime harmonieux et suave, avec une texture chic et distinguée. Le charme de fruits croquants et frais offre une complexité aromatique savoureuse, élégante et gourmande comme le Pinot Noir sait si bien dévoiler en Bourgogne !

La Maison du Cigare

Vous devez être âgé de 18 ans pour visiter ce site. Veuillez vérifier votre âge